Comment sont exécutées les peines de prison ?

Condamné à une peine d'emprisonnement de 6 mois à 3 ans?

Introduction

Comment votre peine est-elle exécutée lorsque vous êtes condamné à une ou plusieurs peines de prison totalisant entre 6 mois et 3 ans ? Il existe deux situations distinctes :

1. Si la durée totale de votre peine dépasse 2 ans jusqu'à un maximum de 3 ans, les nouvelles règles s'appliquent, à condition que toutes vos peines de prison aient été prononcées après le 31 août 2022.

2. Si la durée totale de votre peine est comprise entre 6 mois (inclus) et 2 ans (inclus), les nouvelles règles s'appliquent uniquement si toutes vos peines de prison ont été prononcées après le 31 août 2023. Si les nouvelles règles ne vous sont pas encore applicables, vous êtes soumis aux règles des circulaires ministérielles. Dans ce cas, vous pouvez toujours demander à être soumis aux nouvelles règles.

Résumé des nouvelles règles

Lorsque vous êtes condamné à une peine de prison, vous devez purger cette peine en prison. Cependant, il existe des possibilités d'exécuter tout ou partie de votre peine en dehors de la prison, connues sous le nom de "modalités d'exécution de la peine". Vous devez demander ces modalités vous-même, et le juge de l'exécution des peines prend la décision finale.

Dans tous les cas, vous devez d'abord aller en prison après réception de votre convocation. La prison vérifiera si vous êtes éligible pour une telle demande. Dans certains cas, il se peut que vous soyez autorisé à quitter la prison en attendant la décision du juge de l'exécution des peines concernant votre demande.

1. Vous êtes condamné, que faire maintenant ?

Après votre condamnation, vous recevrez une lettre du ministère public, le soi-disant "billet de prison". Il indique que vous devez vous présenter dans une prison spécifique dans les 5 jours ouvrables suivant la réception de ce billet (pas pendant les week-ends et jours fériés). Il est très important de le faire immédiatement, car si vous ne le faites pas, la police vous arrêtera. Dans ce cas, vous devrez attendre la décision sur une éventuelle demande de modalité d'exécution de peine en prison.

2. Quelles sont les modalités d'exécution de peine ?

Il est possible d'exécuter votre peine de prison en totalité ou en partie en dehors de la prison, par exemple chez vous, sous certaines conditions. Selon la durée de votre peine, cela peut parfois se faire immédiatement ou après avoir purgé une partie de votre peine. Il y a quatre modalités d'exécution de peine :

A. Détention limitée: Cela signifie que vous pouvez quitter la prison tous les jours pour une durée déterminée, avec un maximum de 16 heures. Cela peut être pour travailler, suivre une formation ou pour des raisons familiales. Normalement, vous ne restez en prison que le soir et la nuit. Pendant la détention limitée, vous pouvez également obtenir un congé pénitentiaire, ce qui signifie plus de temps à passer avec votre famille ou à préparer votre réinsertion.

B. Surveillance électronique: La surveillance électronique signifie que vous êtes obligé de rester à une adresse spécifique, cela peut être chez vous ou à une autre adresse. Vous devez également respecter un emploi du temps spécifique, le tout étant contrôlé électroniquement. Pendant la surveillance électronique, vous pouvez travailler, chercher un emploi, postuler, suivre une formation ou une thérapie, etc. Vous pouvez également bénéficier d'un congé pénitentiaire pendant la surveillance électronique.

C. Libération conditionnelle: Cela signifie que vous êtes libéré avant la fin de votre peine, mais vous devez respecter certaines conditions pendant une période d'essai fixée par le juge d'application des peines.

D. Libération provisoire en vue d'une expulsion ou d'une extradition : La libération provisoire en vue d'une expulsion du territoire signifie que vous êtes libéré avant la fin de votre peine et devez quitter le pays. Des conditions vous sont imposées que vous devez respecter pendant une période d'essai déterminée par le juge d'application des peines. Si vous n'avez pas de droit de séjour en Belgique, cette période d'essai se déroulera dans un autre pays. La libération provisoire en vue d'une extradition signifie que vous êtes libéré avant la fin de votre peine afin d'être extradé vers le pays qui a émis un mandat d'arrêt européen ou international contre vous.

3. À partir de quand êtes-vous éligible pour ces modalités d'exécution de peine ?

Vous êtes éligible pour une libération conditionnelle ou provisoire après avoir purgé au moins 1/3 de votre peine, que ce soit en prison ou sous surveillance électronique. Six mois plus tôt, vous pouvez être éligible pour une détention limitée ou une surveillance électronique.

Voici quelques exemples pour clarifier :

Exemple 1 : Vous êtes condamné à une peine de prison de 15 mois.
– Après 5 mois de détention (1/3 de 15 mois), le juge d'application des peines peut vous accorder une libération conditionnelle ou provisoire.
- Vous êtes immédiatement admissibles à des fins limitées de la détention ou de la surveillance électronique (1/3 de 15 mois à moins de 6 mois).

Exemple 2 : Vous êtes condamné à une peine de prison de 27 mois.
– Après 9 mois de détention (1/3 de 27 mois), le juge d'application des peines peut vous accorder une libération conditionnelle ou provisoire.
– Après 3 mois de détention (1/3 de 27 mois, moins 6 mois), le juge d'application des peines peut vous accorder une détention limitée ou une surveillance électronique.

Exemple 3 : Vous êtes condamné à une peine de prison de 27 mois et avez déjà subi 3 mois de détention provisoire.
– Après 6 mois de détention (1/3 de 27 mois = 9 mois, moins 3 mois de détention provisoire), le juge d'application des peines peut vous accorder une libération conditionnelle ou provisoire.
- Vous êtes immédiatement éligible pour une détention limitée ou une surveillance électronique (1/3 de 27 mois, moins 3 mois, moins 6 mois).

4. Y a-t-il d'autres conditions d'attribution ?

Oui, le juge d'application des peines examinera s'il existe des indications qui s'opposent à l'attribution de la modalité d'exécution de peine demandée. Ces indications concernent :

- Votre capacité à subvenir à vos propres besoins (cette indication ne s'applique pas à la détention limitée car votre résidence principale est la prison, ni à la libération provisoire en vue d'une expulsion ou d'une extradition).
- Le risque de constituer un danger grave pour l'intégrité physique d'autrui.
- Le risque d'intimidation de vos victimes.
- Votre attitude envers vos victimes (cette indication ne s'applique pas à la libération provisoire en vue d'une expulsion ou d'une extradition).
- Vos efforts pour indemniser la ou les partie(s) civile(s). Si le juge d'application des peines estime qu'il existe des indications et que celles-ci ne peuvent pas être compensées par l'imposition d'autres conditions particulières, il refusera la modalité d'exécution de peine demandée.

Condamné à une peine de prison de plus de trois ans ?

Dans le cas d'une longue peine de prison (plus de 3 ans), le condamné doit - même avant la modification de la loi - toujours passer un temps minimum en prison. Ce temps minimum est d'au moins 1/3 de la durée de la peine, et pour les récidivistes, même 2/3 de la durée de la peine.

Six mois avant d'atteindre le temps minimum, on peut prétendre à une détention limitée ou à une surveillance électronique. Après avoir purgé la période minimum, on peut soumettre une demande au tribunal d'exécution des peines pour une libération anticipée ou une surveillance électronique avec un bracelet électronique.

Le tribunal d'exécution des peines est responsable de l'évaluation de la mise en œuvre concrète des peines en Belgique. Ce tribunal a le pouvoir de déterminer comment une peine imposée doit être purgée et peut modifier cela au fil du temps. Quelques exemples de telles modifications incluent : effectuer une partie de la peine sous 'assignation à résidence' (surveillance électronique ou avec un bracelet électronique) ou 'libération anticipée sous conditions strictes'.

Pour chaque demande, des critères légalement établis sont utilisés. Ainsi, chaque condamné n'est pas automatiquement libéré après avoir purgé 1/3 (ou 2/3 pour les récidivistes) de sa peine.

Quels facteurs le tribunal d'exécution des peines prend-il en considération pour une libération anticipée ? Ces critères sont : l'absence de perspectives de réinsertion sociale ; le risque de commettre de nouveaux délits ; le risque de harceler les victimes et l'attitude du condamné envers elles ; les efforts du condamné pour indemniser les victimes.

Partager:

Laisser un commentaire

Catégories

Dernières Actualités Récentes

Nouvelles sanctions en cas de non-exécution contractuelle dans le droit belge des obligations
Exception d'arbitrage soulevée dans une seconde conclusion après rejet de la première conclusion
La Cour de cassation souligne le rôle du règlement Bruxelles Ibis dans l'insolvabilité

Popular Tags

Archives